Questions sur le fonctionnement des Réseaux d’Echanges de Savoirs

                                              Vous vous posez des questions sur les Réseau d’Echanges Reciproques de Savoirs

  •  Comment ils fonctionnent ?
  •  Pour qui ?
  •  Quels savoirs et savoir-faire sont échangés ? etc.

Des mots clés sont utilisés dans le réseau :

  • La mise en relation
  • L’offreur
  • Le demandeur
  • Le médiateur
  • L’évaluation
  • La réciprocité                       C’est QUOI ce code secret ?

Prenons un exemple pour comprendre

Sylvie doit partir en voyage à Lisbonne et voudrait connaître le b.a.– ba du Portugais. Elle est DEMANDEUR (D)

Lisa sait parler le Portugais, elle l’a appris avec sa grand-mère et elle veut bien partager son savoir. Elle est OFFREUR(O)

 Pierre, par ailleurs, apprend à jouer aux échecs dans le réseau et veut bien METTRE en RELATION Sylvie (D) et Lisa(O). Il est le MEDIATEUR (M).

Ces 3 personnes vont se rencontrer. Pierre (M), va aider Sylvie (D) à exprimer le plus clairement possible devant Lisa (O) ce qu’elle voudrait apprendre, comment elle voudrait l’apprendre (conversation, textes écrits …), et combien de temps elle voudrait y consacrer.

Pierre (M) va demander à Lisa (O) de dire comment elle a appris le Portugais, comment elle se propose de l’enseigner à Sylvie (D) et combien de temps elle peut y consacrer

Pierre aidera Sylvie et Lisa à déterminer les conditions pratiques de l’échange : où ? quand ? avec quel matériel ?

 Si Lisa et Sylvie ajustent leurs offre et demande, l’échange pourra avoir lieu.

Ensemble, elles fixeront une date pour faire un bilan provisoire . C’est l’EVALUATION qui sera conduite par Pierre le médiateur.

Sinon l’échange ne se fera pas tout de suite ou bien Sylvie trouvera une offre plus adaptée à sa demande.

Par ailleurs, comme Sylvie a manifesté son intérêt pour la cuisine, Chantal la mettra vite en relation avec l’atelier cuisine pour qu’elle puisse offrir une nouvelle recette au groupe.

C’est la RECIPROCITE OUVERTE

 Autres questions :

1 – La réciprocité est-elle facultative ?

– NON ! Elle est la condition indispensable à la bonne circulation des savoirs

 2 – Y a-t-il une hierarchie dans les savoirs ?

NON ! tous les savoirs sont égaux

 3 – Les SAVOIRS ont-ils un coût ?

– NON ! Justement parce que la réciprocité existe. Toute rémunération est exclue. En revanche, les fournitures, quand elles sont nécessaires à l’échange, sont à la charge de l’utilisateur.

4 – Si les échanges ne se comptent pas en espèces  » sonnantes et trébuchantes  »  y-a-t-il en revanche une comptabilisation du temps passé à transmettre un savoir ?

– NON ! Dans le réseau,  » ce qui compte n’est pas ce qui se compte  » ( P. Viveret)

5 – Le Réseau s’intéresse-t-il aux échanges de services ?

– NON ! Si Carmen (D) désire faire repeindre sa cuisine, Jean (O) ne repeindra pas sa cuisine mais lui montrera comment repeindre sa cuisine

 6 – Y-a-t-il une limite aux échanges ?

– NON ! Une même personne peut se retrouver dans 2, 3, 4 …. échanges différents.

 7 – L’offre et la demande d’une même personne doivent elles se concrétiser en même temps ?

– NON ! Elles peuvent être décalées dans le temps

Si vous avez compris tout cela, vous êtes mûr(e), à point pour entrer dans un Réseau d’Echanges Reciproques de Savoirs !