Grenoble pendant la deuxième guerre mondiale

Echange « soirée à thèmes » : Grenoble pendant la deuxième guerre mondiale

Grande première au RERS ce mercredi 12 février à 18h avec le lancement de l’échange « soirée à thèmes », échange consacré à l’exposition d’un sujet proposé par un adhérent et suivi d’un débat. Cet échange est ouvert à tous les adhérents (et leurs amis souhaitant découvrir les activités de notre RERS).

LibérationLe premier sujet, proposé par Gérard K. «  Grenoble pendant la deuxième guerre mondiale » a attiré une trentaine de participants dont plusieurs avaient vécu ces événements et ont pu ajouter des souvenirs personnels qui ont complété les informations données par l’orateur et permis un débat actif.

Ce premier échange « soirée à thèmes » a été très apprécié par tous les présents qui ont beaucoup appris (ou rafraîchi leurs souvenirs). Ce succès nous engage à continuer et il est envisagé que le suivant se tienne juste avant les élections municipales avec comme sujet : le fonctionnement d’une mairie (domaine de compétence, les services, les relations élus-services,….).

Le sujet traité vous intéresse : vous trouverez ci-après un bref résumé…

L’orateur commence par citer une dizaine de noms de rues ou places de Grenoble, bien connues de tous, ce sont tous des acteurs de la résistance que l’on va retrouver au fil de l’exposé.

Grenoble a commencé par s’illustrer dès l’invasion par les troupes allemandes en les bloquant au niveau de Voreppe ce qui lui vaudra de ne pas être occupée par les allemands avant la dernière année de guerre. Du coup, au moins pendant les 3 premières années, cette ville sera considérée comme une terre d’accueil pour les populations persécutées de France et d’Europe, en particulier les juifs.Aaccueil juifs Archives Musée de la résistance et la déportation Grenoble Les déportations seront alors le seul fait des autorités françaises sous les ordres du régime de Vichy. En 1942, suite au débarquement des alliés en Algérie, Grenoble est occupée par les troupes   italiennes dirigées par un général francophile qui atténuera les rigueurs des ordres de Vichy ! Cette occupation est considérée comme « bon enfant » par rapport à celle des allemands qui va sévir lors du retournement d’alliance de l’Italie. Dans cette dernière période, la lutte contre les résistants va devenir très violente avec l’aide active de la milice, de même que la recherche de juifs et étrangers réfugiés. Ce sera la période d’actes de résistance particulièrement marquants comme l’explosion du polygone,polygoneb parc d’armement des troupes allemandes, ou du stock de munitions de la caserne de Bonne.Destruction caserne de Bone Archives Musée de la résistance et la déportation Grenoble Enfin Grenoble se libérera avant l’arrivée des alliés débarqués dans le sud de la France. L’ensemble de ces actes a valu à Grenoble d’être une des 5 villes nommées « Compagnon de la Libération ».

Ce bref résumé est loin de rendre compte des richesses de l’exposé, illustré par la projection de photos d’époque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.