Consom’acteurs: Energie et Habitat

Nous avons eu une réunion débat sur le thème Energie – Habitat ouverte à tous (il y avait même une personne attirée par l’annonce parue dans le bulletin municipal de Seyssins) avec la participation de deux intervenants: Olivier Le Monnier, architecte, et Jean-Christophe Pistono, ingénieur DDT (ex DDE) que nous remercions pour leur contribution à nous éclairer.

Il est difficile de résumer le débat qui a duré près de 3 heures avec en particulier de longues mais claires explications de l’architecte.

A la question que faut-il faire et (dans quel ordre) pour diminuer la consommation d’énergie chez soi, deux types d’actions se dégagent:

  •  bon marché et facile à mettre en oeuvre: le changement éventuel de comportement:
    •  température de chauffage de 19°C avec programmation pour diminuer de 2°C la nuit ou lors de nos absences
    •  éviter de laisser trop d’appareils électriques en veille
    •   aération des batiments: ni trop, ni trop peu (5 à 10 mn / jour)
  •  cher et difficile à bien réaliser:
    • l’isolation (40% de l’énergie consommée en France est pour le chauffage)
    •  la température ressentie (donc le confort) est celle de la paroi la plus froide de la pièce

 

Pour vous repérer: calcul de la consommation énergétique globale = somme des consommations (chauffage, électricité, gaz) exprimée en kwh (voir facture) divisée par le nombre de m² habitables. La moyenne française est à 250 kWh/m². Un Bâtiment Basse Consommation (BBC) doit être entre 50 et 60 kWh/m² (et un « passif »: 15 kWh/m²).

Seule une réfection coordonnée de l’isolation globale de l’habitation peut conduire à une réelle amélioration (diminution d’un facteur 4 environ). Il faut compter sur un coût d’environ 700€/m² ! L’existence de balcons et (ou) escaliers extérieurs aggravent terriblement la situation (radiateurs thermiques). La réalisation des travaux doit être suivie par un professionnel très compétent (beaucoup d’erreurs de réalisation dans ce domaine).
L’étanchéité à l’air doit être maximum pour que le renouvellement d’air soit contrôlé. Elle peut être mesurée par un professionnel (test de la porte soufflante). On peut déceler des pertes thermiques ponctuelles avec une caméra infra-rouge

Bref, on peut retenir que le petit (ou gros) bricolage par ajouts successifs d’éléments d’isolation est fortement déconseillé surtout s’il n’est pas fait par des personnes bien formées (souvent le cas). C’est donc tout ou rien selon les moyens que l’on peut (veut) investir pour améliorer son confort, valoriser son patrimoine, anticiper les fortes augmentations prévisibles du coût de l’énergie.

Une action efficace pas trop onéreuse est cependant conseillée à ceux qui ont des combles isolés à plat: remplacer la laine de verre existante par un soufflage de ouate de cellulose (meilleure isolation en hiver et en été, ainsi qu’au vent).

Déjà 4 personnes étant intéressées par cette action, il a été proposé de se regrouper pour obtenir un prix auprès d’une entreprise sérieuse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *